Accueil du site Energie Solaire
 

(JPG) Un pas de géant pour le solaire

Par Denis Delbecq
Article publié le lundi 21 juillet 2008.


Les cellules solaires, ça marche depuis les années soixante. Mais en raison de leur faible rendement et de leur prix de revient, franchir le seuil de compétitivité revient à gravir une montagne infranchissable. L’américain Nanosolar avait ouvert une voie en fabricant des cellules cent fois plus minces. Des chercheurs du Massachusetts Institute of technology ont choisi une autre approche en transformant n’importe quel panneau de verre en concentrateur...

Il n’est pas si courant de voir des travaux très technologiques à l’honneur dans la revue Science. Mais les travaux de Marc Baldo et de son équipe ont pourtant été publié par la revue, à peine plus de trois mois après la soumission de l’article. Une célérité rare qui confirme l’intérêt de ces recherches.

Le panneau solaire vu par Baldo et son équipe est pour l’essentiel une plaque de verre. Sur la majeure partie, un revêtement “maison” capte le rayonnement solaire, le réémet à une longueur d’onde plus élevée tout en le piégeant et le guidant. 80% de l’énergie solaire atteint alors le pourtour de la vitre, où sont placées des cellules solaires optimisées pour ce rayonnement. L’efficacité est spectaculaire puisqu’à surface active égale, les cellules photovoltaïques produisent cent fois plus d’électricité que dans des panneaux ordinaire. De plus, en empilant des couches aux propriétés différentes, on peut imaginer de fabriquer des panneaux dotés de cellules optimisées pour chaque type de fréquence lumineuse et doubler encore le rendement final. Aujourd’hui, la taille des vitrages est encore limitée à quelques centaines de centimètres carrés.

(JPG)

Selon Baldo, le revêtement du vitrage n’est pas onéreux et supporte aisément des irrégularités de surface. Le revêtement est une encre organique qui se dépose par un procédé d’imprimerie sur un verre très ordinaire. De cette manière, n’importe quelle vitrage peut être conçu de manière à laisser passer 10% de la lumière, et convertir le reste en électricité. De quoi transformer les façades d’immeubles en centrales solaires !

Et ce n’est pas tout, car le procédé imaginé et testé au MIT peut aussi améliorer le fonctionnement des panneaux solaires traditionnels, en doublant leur efficacité, ont vérifié les chercheurs. Ils estiment que leur procédé pourrait être commercialisé en seulement trois ans. Reste à régler le procédé sur des grandes surfaces. Baldo et ses collègues ont déjà créé la startup qui s’en chargera. Tandis que le prix de l’énergie grimpe en flèche, la montagne de la compétitivité du solaire pourrait rapidement être franchie.

• 11 juillet 2008 à 11:48 • Categorie : Actualité http://mondedurable.science-et-vie.com

Commentaires à l’article de science et vie par JP

"Très prometteur".

Une ancienne idée, pour ceux qui ne connaissent pas. Des concentrateurs par luminescence, qui re-emettent a une longeur d’onde beaucoup plus réduite (idéalement monochromatique) et apportent une éponse à la thermalisation (perte en chaleur) d’énergie supérieure au gap ou seuil d’absorptiond e la cellule solaire.

Donc, rien de magique ni mystérieux ici, pour apporter une réponse à ceux ci-dessus qui en douteraient. L’idée date des années 1970 au plus tard.

Mais apparemment une application élégante qui laisse esperer des panneaux avec surface active (cest a dire surface ‘cellule solaire’) très petite de côté, pour une surface de collecte (taille du verre) beaucoup plus importante. Le coût du tout s’affranchit quasiment donc du prix des cellules, qui du coup euvent être des cellules de haut coût à très haut rendement, sans handicaper le prix du système qui, lui, est dominé par le verre, le convertisseur, etc.

En plus, le rendement de toute cellule solaire (bon, la plupart - hormis les mauvaises à couches minces) s’accroît logarythmiquement avec la concentration.

Pour conclure, deux avantages : Un spectre lumineux étroit bien adapté au photovoltaïque => haut rendement Concentration sans optiques => haut rendement

Donc c’est tout bon.


Répondre à cet article

Forum de l'article