Accueil du site Politique
 

L’Observatoire de Politis entre en activité

Par Alexis DANJON
Article publié le dimanche 20 mai 2007.


Le lundi 7 mai, l’hebdomadaire Politis a décidé de créer un observatoire qui interviendra sur des sujets qui lui paraissent graves.

Au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, l’hebdomadaire Politis a décidé de lancer un observatoire, comprenant huit personnalités, reconnues pour leur compétence dans leur domaine d’activité et leur engagement citoyen : l’Observatoire du 6 mai. Cet observatoire interviendra publiquement chaque fois que le nouveau président de la République, ou un membre de son gouvernement envisagera, proposera ou annoncera « une mesure susceptible de porter atteinte aux libertés ou à la dignité humaine, d’enfreindre l’esprit de justice, d’aggraver les inégalités sociales, ou les déséquilibres environnementaux. »

« On a surtout cherché à couvrir des cercles de compétences assez vastes lorsque l’on a choisi les membres qui composent notre observatoire, explique Denis Sieffert, président et directeur de la publication de Politis. Compte tenu du fait que chacun est spécialiste dans son domaine, on espère être en alerte sur un maximum de sujets. »

Des alertes que le journal enverra par communiqué à toute la presse, qu’il publiera sur son site internet, et dans l’hebdo. « Mais on ne va pas jouer aux petits roquets et se galvauder trois fois par jour, prévient Sieffert. L’idée, c’est d’intervenir à bon escient. On doit uniquement intervenir sur des sujets qui nous paraissent graves, en apportant des éclairages. »

L’observatoire est actif dès ce vendredi 18 mai, jour de l’intronisation du gouvernement Fillon.

Les huit membres de l’observatoire sont :

• Annick Coupé, syndicaliste, porte-parole de l’Union Syndicale Solidaire,

• Bernard Dréano, président du Centre d’études et d’initiatives de Solidarité internationale (CEDETIM),

• Eric Fassin, sociologue, enseignant à l’Ecole normale supérieure,

• Hélène Franco, secrétaire générale du Syndicat de la Magistrature,

• Didier Ménard, président du Syndicat de la Médecine générale,

• Dominique Rousseau, professeur de droit public à Montpellier 1, ancien membre du Conseil supérieur de la Magistrature (2002-2006),

• Pierre Tartakovsky, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme, rédacteur en chef de la revue Hommes et Libertés,

• Jacques Testart, biologiste, directeur de recherches à l’Inserm.


Répondre à cet article

Forum de l'article