Accueil du site Résistance
 

La demande de suspension de peine de Nathalie Ménigon a été rejetée

Article publié le mercredi 25 octobre 2006.


Le tribunal d’application des peines de Paris a rejeté, mardi 24 octobre, la demande de suspension de peine pour raison médicale déposée par l’ancienne membre du groupe terroriste Action directe Nathalie Ménigon. Tout comme les trois autres membres historiques d’Action directe, Joëlle Aubron, Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani, Nathalie Ménigon avait été condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité, à deux reprises, en 1989 et 1994, pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, et de l’ingénieur général de l’armement, René Audran.

Nathalie Ménigon, âgée de 49 ans, qui est partiellement hémiplégique à la suite de deux accidents vasculaires cérébraux, avait demandé à profiter des dispositions de la loi Kouchner, qui permet la libération du détenu si le "pronostic vital" de celui-ci est engagé, ou si son état de santé est "incompatible" avec le maintien en détention.

UNE "DÉCISION POLITIQUE"

Mais le juge d’application des peines de Paris a refusé cette suspension de peine, suivant ainsi les réquisitions du parquet. Ce dernier avait invoqué les rapports des deux experts désignés par la justice, qui concluaient que l’état de santé de la détenue était compatible avec la détention. Nathalie Ménigon espérait être libérée au même titre que Joëlle Aubron, la seule des quatre membres historiques d’Action directe à avoir bénéficié d’une suspension de peine en juin 2004, en raison d’un cancer au poumon, auquel elle a succombé en mars 2006.

Interrogé par l’AFP, Alain Pojolat, membre du comité de soutien aux militants d’Action directe emprisonnés, a dénoncé "une décision politique prise par une juridiction d’exception" contre une détenue "dont tout le monde sait aujourd’hui quel est son état physique". Les dix-huit ans de période de sûreté imposés à Nathalie Ménigon étant arrivés à terme, l’avocat de Nathalie Ménigon espère obtenir sa sortie de prison en déposant une demande de libération conditionnelle.


Répondre à cet article

Forum de l'article