Accueil du site Environnement
 

L’humanité aurait épuisé ses ressources naturelles pour 2006

Article publié le lundi 9 octobre 2006.


La planète entre, lundi 9 octobre, dans le rouge, à en croire la New Economics Foundation (NEF), une organisation non gouvernementale britannique qui calcule depuis vingt ans le niveau mondial de consommation des ressources naturelles.

Le postulat est simple. L’humanité vit au-dessus de ses moyens, en consommant chaque année davantage de ressources naturelles que ce que la planète ne peut en régénérer. Chaque année, la NEF calcule la date à laquelle la consommation de ressources dépasse cette capacité de renouvellement. Cette date anniversaire a été baptisée Jour de la dette écologique ou Jour du dépassement ("Overshoot day"). "Passée cette date, on est en situation d’épuisement des réserves. A partir du 9 octobre et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité sera en dépassement sur le plan écologique, en situation de créer davantage de dette écologique", explique la fondation.

Depuis vingt ans, cette date intervient chaque année de plus en plus tôt, ce qui signifie que les ressources disponibles pour une année sont consommées de plus en plus vite. En 1987, l’humanité était passée dans le rouge un 19 décembre. Huit ans plus tard, cette date était intervenue presqu’un mois plus tôt, le 21 novembre.

UNE RIPOSTE À LA DETTE ECONOMIQUE

"En vivant autant au-delà de nos moyens environnementaux et en amassant de la dette écologique, nous faisons deux erreurs", avance Andrew Simms, de la NEF. "D’abord, nous privons des millions de personnes dans le monde, qui manquent de terre, de nourriture et d’eau potable, de la possibilité de satisfaire leurs besoins. Ensuite, nous mettons en danger les mécanismes de survie de la planète." "Si, par exemple, on pêche davantage de poissons qu’il n’en naît, il y en aura moins l’année suivante."

Le concept de dette écologique est une riposte lancée par les associations de lutte pour l’annulation de la dette des pays du Sud. Cette dette écologique serait celle accumulée par les pays industrialisés envers le Sud à cause, notamment, "du pillage des ressources" ou "des dommages causés à l’environnement" par les pays du Nord.

A en croire la NEF, la Grande-Bretagne est passée dans une situation de dépassement des ressources le 16 avril, ce qui laisse penser que si l’humanité consommait autant de ressources que les Britanniques, il faudrait trois planètes pour permettre à la Terre de fonctionner.


Répondre à cet article

Forum de l'article