Accueil du site Environnement Ogm
 

Nouvelle tentative de saisie des biens du militant anti-OGM Gilles Lemaire

Par Sylvia Zappi
Article publié le lundi 25 septembre 2006.


près les meubles, la justice s’en prend aux murs. Gilles Lemaire, ancien secrétaire national des Verts, condamné le 24 novembre 2005 par la cour d’appel de Riom à verser sa part des 198 805 euros de dommages et intérêts au semencier Biogema, après l’arrachage de plants de maïs transgénique près de Riom le 14 août 2004, a reçu le 11 septembre un avis de saisie immobilière exécutoire dans les huit jours.

Le 8 mars, l’ex-leader écologiste avait reçu la visite d’un huissier venu dresser un inventaire de ses biens personnels pour l’exécution du "commandement à payer" de sa condamnation demandée par Biogema. Devant la modestie de ses effets personnels, le représentant de la justice avait fait un constat de carence. La procédure se poursuivant, c’est maintenant à la valeur de son appartement que la justice s’intéresse.

Le trois-pièces dont il est propriétaire dans le troisième arrondissement est évalué à 380 000 euros, selon le prix du marché. "De quoi largement couvrir l’amende", constate M. Lemaire. Le militant anti-OGM a décidé de tenter de bloquer la procédure en adressant une demande d’opposition du commandement au tribunal de grande instance de Paris, en attendant l’arrêt de la Cour de cassation.

M. Lemaire juge les poursuites de la société semencière "insupportables" : "Ils tentent d’étrangler financièrement les militants et de les intimider pour éviter tout nouveau fauchage." Les Verts ont immédiatement réagi, par la voix de leur porte-parole, Sergio Coronado, qui a dénoncé "la campagne d’acharnement de l’industrie agroalimentaire". "Ce sont à chaque fois des responsables Verts que les promoteurs des OGM choisissent comme cibles dans une volonté délibérée d’intimidation." Ajoutant que "les Verts ne comptent pas céder devant la pression".


Répondre à cet article

Forum de l'article