Accueil du site Environnement Ogm
 

(PNG) OGM : les cinq faucheurs volontaires arrêtés à Toulouse laissés en liberté

Article publié le mardi 1er août 2006.


Les cinq "faucheurs volontaires" arrêtés lors d’une destruction de parcelle de maïs OGM près de Toulouse, dans la nuit de dimanche à lundi, ont été laissés en liberté, mardi 1er août, par le juge des libertés et de la détention. Ils seront convoqués le 19 septembre en correctionnelle, ont indiqué leurs avocates.

Le juge, qui a successivement entendu les trois hommes et les deux femmes interpellés à Daux (Haute-Garonne) dimanche dans la nuit, les a remis en liberté sous contrôle judiciaire, leur interdisant notamment de séjourner dans le département de Haute-Garonne.

Les cinq personnes, dont une seule réside en Haute-Garonne, sont poursuivies pour "dégradations volontaires en réunion de bien d’autrui".

"NOUS REVENDIQUONS NOUS AUSSI NOTRE PARTICIPATION"

Le juge des libertés et de la détention n’a pas suivi les réquisitions du parquet : le procureur adjoint Jean Cavailles avait requis le placement en détention des cinq faucheurs, dans l’attente d’une audience de comparution immédiate prévue mercredi.

"L’ordonnance du juge des libertés et de la détention interrompt la procédure de comparution immédiate", ont expliqué les avocates. "Cette décision leur permettra d’organiser leur défense, de citer des témoins. C’est très différent de la défense a minima liée à la procédure de comparution immédiate", a ajouté Me Axelle Chorier.

Mardi après-midi, Dominique Delort, épouse de l’un des faucheurs poursuivis, s’est déclarée soulagée et a précisé qu’elle serait "comparante volontaire", le 19 septembre, au côté de son époux. "Nous sommes cinq à avoir signalé ce mardi matin par lettre au procureur que nous revendiquions nous aussi notre participation et que nous nous déclarions comparants volontaires", a-t-elle ajouté.


Répondre à cet article

Forum de l'article